fbpx
Mercredi, Août 10, 2022
Accueil Inspiration voyage Dakar Legends Trail : à travers le Sahara Occidental

Dakar Legends Trail : à travers le Sahara Occidental

Retour à Dakar. C'était un objectif que j'avais envisagé depuis que nous nous sommes rendus pour la première fois dans la capitale sénégalaise en 2011, sur les traces du premier rallye Dakar. Le plan était simple : refaire le trajet tous les 10 ans. Au moment où j'écris ces lignes, il me semble terriblement long d'attendre une autre décennie pour retourner à Dakar. De plus, avec une chance par décennie, le nombre de fois qu'on peut faire ce voyage de rêve devient assez limité. Ceci est la deuxième partie de The Dakar Legends Trail !

Un désert addictif

Rouler dans le désert est addictif. Et apaisant en même temps. La fatigue physique que vous ressentez ensuite est éclipsée par la paix mentale que vous obtenez sur les pistes africaines. Le trajet jusqu'à Dakar peut en fait être divisé en quatre grandes parties. La partie européenne n'est qu'un échauffement et pour ceux qui choisissent de rouler sur l'autoroute, c'est presque une perte de temps. De plus, une fois en Afrique, il faut changer de pneus. Pneus à crampons et autoroutes… ça n'a jamais fait bon ménage.

La deuxième partie de ce voyage est tout le contraire. Le Maroc est d'une beauté à couper le souffle et un paradis pour les pilotes tout-terrain et d'aventure. Même ceux qui quittent rarement - voire jamais - l'asphalte seront impressionnés par la robustesse des montagnes de l'Atlas, la grandeur du Sahara et la beauté de la côte atlantique.

Puis vient la troisième partie : une fois que vous passez Agadir, c'est essentiellement une ligne droite vers le bas. Le Sahara Occidental et la Mauritanie, c'est presque 2500 km de patience. Certes, vous êtes à moto, mais le paysage après Agadir ne change pas tant que vous n'êtes pas à quelques kilomètres de la frontière sénégalaise. Et il y a un point précis où vous pouvez vérifier ce changement : il y a soudain un arbre dans le désert. Et puis un autre. Et puis beaucoup. Soudain vous êtes au bord du fleuve Sénégal et au poste frontière de Rosso.

Superbe XT, impressionnant Bridgestone AX41

Mais ne nous précipitons pas. Nous n'en étions pas encore là. Si vous lisez le partie précédente de cette histoire, vous savez que nous étions arrivés à Agadir avec étonnamment peu de problèmes. Nous ne savions pas à quoi nous attendre de la Yamaha XT42 de 500 ans traversant un désert chaud. Eh bien, le moteur n'a pas manqué un battement, ni dans des températures extrêmes de bien plus de 40 degrés, ni lors de longues liaisons où le gros monoplace a dû tonner sur l'asphalte à une vitesse constante de 100 km/h.

Les belles performances du Bridgestone AX41 nous ont beaucoup aidés. Ce pneu est excellent sur la route et remarquable en utilisation hors route. Et nous avons été surpris par la faible usure de ce pneu à crampons.

Cependant, quelles que soient les performances de la XT, les longs tronçons d'asphalte ne sont pas sa partie préférée. Sur les parties tout-terrain, le descendant du premier vainqueur du Dakar se sentait beaucoup mieux. Néanmoins, vous devez toujours jeter vos techniques modernes hors piste par-dessus bord pour que la XT500 puisse franchir les pentes en douceur.

Techniques anciennes

La moto est si petite que se tenir debout reste une mauvaise idée. Pour votre dos, pour vos jambes et tout simplement parce que vous êtes fatigué. Alors que vous pouvez vous lever et vous détendre un peu sur une moto d'aventure moderne ou un tout-terrain, vous ne pouvez pas le faire sur la XT. Surtout si vous utilisez la suspension d'origine. Dans ce cas, vous traversez un désert avec à peu près le débattement de la suspension d'un skateboard. Vous apprenez à vous asseoir le plus possible et à ne descendre de selle que lorsque c'est vraiment nécessaire. En selle, vous avez un avantage supplémentaire : l'épaisseur du rembourrage de l'assise permet d'amortir une partie des chocs. Sans surprise, la plupart des vieilles photos du Dakar montrent des coureurs assis.

En ligne droite

Passé Agadir, nous avons choisi de nous en tenir aux merveilleuses pistes sablonneuses qui vous mènent via Sidi Ifni jusqu'à Plage Blanche autant que possible. En venant de Guelmin, la célèbre et impressionnante plage est presque un arrêt obligatoire. Après cela, la route de Dakar vous emmène vers El Layoun et Dakhla. Pas trop de hors-piste ici, juste une route longue et sinueuse.

Si vous voulez parier qu'il n'y a pas de policiers avec des pistolets vitesse qui attendent derrière les rochers, vous pouvez foncer vers le sud à 160 km/h. Facile. Eh bien, vous le pouvez si vous êtes sur la Yamaha T7 moderne. La XT n'est pas fan des grandes vitesses. La Ténéré 700 prouve que la conduite d'aventure signifie aussi voyager et, par conséquent, parcourir des kilomètres. Alors que dans la partie marocaine, nous aimions parfois suivre la Ténéré 700 avec la XT, une fois que nous sommes entrés dans le Sahara Occidental, il n'y avait plus moyen de le faire.

En chantant

Pour parcourir des kilomètres, la Ténéré 700 et la Bridgestone AT41 obtiennent des résultats étonnamment bons, la XT500, comme on pouvait s'y attendre, médiocre. Ce n'est pas une moto pour les longues routes. Ni même pour les courtes. Mais cela faisait partie du jeu, du défi que représentait cette aventure avec cette moto.

Et, ah oui, chanter dans votre casque aide. Je ne sais pas combien de fois nous avons chanté Turn The Page de Metallica (ou plutôt de Bob Seger) dans notre casque. “On a long and lonesome highway, east of Omaha…” “On a road to nowhere” de Talking Heads, qui a résonné d'innombrables fois dans nos gorges tout aussi bien. C'est assez agaçant, d'ailleurs, quand on ne se souvient pas de toutes les paroles et qu'on doit fredonner certaines parties de la chanson. Mais cela aide à réduire les kilomètres.

Bonjour Dakhla

Ce trajet entre Tan Tan et Dakhla est le plus long et le plus fastidieux de tout le parcours de Dakar. Il n'y a pas trop d'arrêts et c'est une route très simple et ennuyeuse. Compter les kilomètres fait partie de ce voyage et vous savez que vous n'aurez qu'à faire face à cette partie. Mais quand même, ça craint. Mais en atteignant Dakhla, tout ça en vaut la peine. Pas à cause de la ville en tant que telle, mais pour le paysage qui l'entoure.

Dakhla est située sur une péninsule, et les eaux peu profondes qui l'entourent attirent les surfeurs du monde entier. Pour éviter d'envoyer des surfeurs sur ce tronçon ennuyeux, il y a un aéroport à Dakhla. Covid a fait en sorte qu'il y ait beaucoup moins de véliplanchistes sur les eaux peu profondes du Sahara occidental, mais c'est toujours un spectacle fou. Près de 1000 km de rien d'autre que du sable et des rochers, et puis soudain des voiles et des cerfs-volants colorés. Mais ce n'est pas ce qu'il y a de mieux à Dakhla. Juste à l'extérieur de la ville se trouve un paysage presque littéralement surnaturel. Parfois, on a un peu l'impression de rouler sur la lune. Du sable d'un blanc éclatant, beaucoup d'étendues dures, des formations rocheuses délirantes… C'est un étrange morceau de planète, juste à l'extérieur de la dernière ville avant la frontière mauritanienne.

Hôtel moins cinq étoiles

Mais attention. Même si c'est la dernière grande ville avant la frontière, à Dakhla vous n'êtes pas du tout à la frontière. Il reste encore 350 km à parcourir avant d'atteindre l'impressionnant poste frontière de la Mauritanie. Entre la partie marocaine et le poste mauritanien, il y a une bande de 5 km connue sous le nom de No Mans Land. Les frontières des deux pays ne s'y touchent pas. Il est prévu de faire disparaître cette parcelle de terre très discutée sur laquelle tout le monde a des droits, et de relier simplement les frontières comme presque partout ailleurs dans le monde, mais nous n'en sommes pas encore là. Et il s'est avéré que nous n'étions pas encore à Dakar non plus.

Nous nous sommes plus familiarisés avec le poste frontière marocain que nous ne le souhaitions. Car nous étions coincés là bas pendant quatre jours. Les nuits passées dans le seul hôtel du coin étaient pires que les jours. Imaginez un bâtiment délabré, avec des bancs en bois et toutes sortes de rongeurs qui traversent votre chambre et sur votre couverture malodorante chaque nuit. Eh bien, ce serait toujours mieux qu'un séjour dans un hôtel moins cinq étoiles près de la frontière. La raison du retard ? Des excuses douteuses et une étrange politique du Maroc.

Kafka

Au départ, on nous a dit qu'il manquait un tampon sur nos papiers de douane. C'est fou, car à l'arrivée du ferry à Tanger, tout était en ordre. Les querelles et l'attente ont duré un peu plus d'une journée et une nuit particulièrement longue. Enfin, nous avons appris que le bureau de douane de Dakhla pourrait nous fournir le tampon nécessaire. Oui, Dakhla, qui est à près de 350 km de la frontière. Nous sommes donc retournés à Dakhla, seulement pour nous faire dire que tous nos papiers étaient en règle. De retour à la frontière nous sommes allés – non sans passer la nuit dans un vrai lit – pour entendre, croyez-le ou non, qu'il manquait cette fois un document. Oui, retour à Dakhla. Pour apprendre que, comme je l'ai dit la dernière fois, tous nos papiers étaient en règle. Donc, une fois de plus, nous avons parcouru 350 km jusqu'à la frontière, où nous avons proposé au douanier une somme pour laquelle il aurait dû travailler pendant plus de six mois (les douaniers gagnent environ 150 euros par mois là-bas). À ce moment-là, on nous a promis que nous pourrions faire passer notre camionnette – avec les motos dedans – de l'autre côté de la frontière. Car il s'agirait d'un transport et non d'un voyage. C'est-à-dire un conducteur, la camionnette et les deux motos. Ce n'est pas ce que nous avions prévu, mais il semblait que c'était la seule option pour aller au Sénégal.

Hâte de lire le troisième épisode ? Gardez un œil sur nos réseaux sociaux et sur Gripping Stories ! 

- Publicité -

Plus Populaire