fbpx
Thursday, Décembre 8, 2022
AccueilInspiration voyageDakar Legends Trail: Tous les chemins mènent à la maison

Dakar Legends Trail: Tous les chemins mènent à la maison

Pièces un et deux de ce voyage épique vers Dakar racontent comment nous avons traversé une grande partie du Sahara, longé l'Atlantique en passant par le Sahara occidental et rencontré quelques problèmes à la frontière mauritanienne. Voilà comment ça s'est passé.

Ne pas abandonner

Après quatre jours à la frontière de la Mauritanie, la douane marocaine a finalement avoué que nous ne pouvions pas passer la frontière. En revanche, nous étions autorisés à transporter les motos à travers la Mauritanie... dans notre van. Et avec un seul conducteur, sans passager. Il ne restait donc plus qu'à charger les motos dans le van, prendre un taxi pour retourner à Dakhla et de là, prendre un vol pour Dakar. De Dakar nous sommes allés à Saint Louis, à la frontière de la Mauritanie, et là nous avons attendu que le van et les motos arrivent de l'autre côté de la frontière. Nous avons perdu beaucoup de temps et d'argent mais nous étions déterminés à aller à Dakar. Même avec des frontières fermées à cause de Covid. Ou n'importe quelle autre raison.

Allô, l'ambassade ?

Seulement... quand nous sommes arrivés du côté sénégalais de la frontière dans un 4×4 de location, il n'y avait aucune trace de notre van. Il s'est avéré que notre chauffeur était toujours en train de s'occuper de la douane au Maroc. C'est à ce moment-là que nous avons décidé de contacter l'ambassade. Avec l'aide du consul et de l'ambassade du Sénégal. Qui, à son tour, a appelé l'ambassade à Rabat. À tel point que l'ambassade elle-même nous a appelés et a promis de résoudre rapidement le problème de la frontière. Nous avons retrouvé espoir.

Grosse déception

Plus tard dans la soirée, nous avons reçu un appel de l'ambassade de Belgique au Maroc, nous informant que la frontière était fermée. Et que nous ne pouvions rien y faire. Peut-être que transporter les motos sur un bateau pourrait marcher ? Eh bien non. Parce qu'il n'a jamais été question d'envoyer les motos à Dakar. Nous aurions pu le faire depuis n'importe quel port du monde. Le but était de rouler là-bas et la déception de ne pas y être parvenue était énorme.

Obstination

Le Maroc s'est isolé parce que la frontière avec l'Algérie est fermée depuis des décennies et que le trafic de ferries avec l'Espagne a été interrompu. En admettant que la frontière avec la Mauritanie était également fermée, cela aurait confirmé l'isolement total, mais personne ne voulait le reconnaître. Ils ne nous ont pas laissé passer la frontière, ce qui a entraîné une forme aggravée d'obstination de notre part et a coûté beaucoup de temps et d'argent. En fin de compte, si l'ambassade dit que c'est impossible, on peut supposer que c'est vraiment impossible. Par déception et par obstination, nous avons tout de même conduit jusqu'au Lac Rose dans un 4×4 de location, mais cela ne nous a pas plu du tout. Le plus dur et le plus difficile étaient derrière nous, il ne restait plus qu'une ligne droite vers la Mauritanie pour rejoindre les magnifiques pistes rouges qui mènent au Lac Rose. De là où nous nous sommes arrêtés, nous aurions pu littéralement rouler jusqu'au Lac Rose en deux jours sans aucune difficulté technique.

Hubert Auriol s'est aussi fracturé deux os alors qu'il roulait vers Dakar avec l'arrivée en vue et en tête de l'avant-dernière étape. Pour "L'Africain", cela a dû être vraiment plus difficile, pire et plus douloureux. Mais nous le comprenons un peu mieux, car nous étions à un cheveu de conduire une moto de 42 ans et une autre de 42 jours à Dakar.

 

Tous les chemins mènent à la maison

Il n'y avait plus de raison de rester au Sénégal, cela pouvait prendre des semaines ou des mois avant la réouverture de la frontière. Nous sommes donc rentrés chez nous, car tous les chemins mènent à la maison. Au moment où nous écrivons ces lignes, la frontière de la Mauritanie vient d'ouvrir. Mais comme il n'y a pas encore de ferry pour l'Espagne, les motos sont toujours dans notre van au Maroc. Plus précisément à Agadir, où un guide local nous a loué un garage sécurisé. Ne serait-ce pas fabuleux de pouvoir finir le travail ? C'est peut-être possible après tout. Et vous pouvez être sûr de tout lire à ce sujet sur Gripping Stories !

 

Regardez le troisième épisode ici

- Publicité -

Plus Populaire