fbpx
Mercredi 22 mai 2024
AccueilInspiration voyagePartir en moto ancienne vers le sud du Maroc

Partir en moto ancienne vers le sud du Maroc

Une aventure classique dans le désert

Old school is cool. C'est du moins ce que l'on dit. Mais est-ce vraiment le cas ? Ou est-ce juste une jolie phrase ? Nous avons mis ce dicton à l'épreuve en partant au Maroc avec deux Yamaha XT600 Ténérés des années quatre-vingt. L'objectif ? Explorer la piste la plus emblématique du Sahara et voyager sur les traces du raid original du Dakar.

Voyager léger

Pour évoquer et respecter au mieux l'atmosphère du temps passé, nous avons décidé de nous lancer dans l'aventure sans voiture d'assistance ni photographe. Juste deux vieux gars sur de vieilles motos traversant le Maroc sur les traces du légendaire Thierry Sabine. Donc pas d'équipe photo pour immortaliser l'aventure, encore moins d'équipe vidéo ou de drones. S'il y a bien une chose à laquelle ils sont allergiques au Maroc, c'est un drone.

Un jour, l'équipe de Top Gear a dû renoncer à toutes ses caméras et images parce qu'elle filmait avec un drone sans autorisation. Or, dans les années 10, il y avait moins de drones que de côtes de porc dans un restaurant halal, il ne nous est donc même pas venu à l'esprit de commencer à filmer des images aériennes. Deux smartphones devaient suffire à illustrer l'aventure vintage. Munis seulement d'une sacoche de selle Bridgestone et d'un sac à dos pour transporter les vêtements et les outils nécessaires à un voyage de XNUMX jours dans le sud du Maroc, il n'y avait tout simplement pas de place pour du matériel photo de grande taille. Toutes les photos illustrant cette aventure ont été prises avec les smartphones des motards.

Nous avons voyagé bien léger.

XTs

En respectant l'esprit vintage du voyage, nous avons conservé les deux motos dans leur état d'origine. Mais bien sûr, nous avons changé les pneus. La XT 1984 600 a reçu un pneu arrière Bridgestone AX 41 et un pneu avant Battlecross E5. La XT1988 Ténéré 600 a reçu un jeu complet de pneus Enduro. La configuration Enduro complète n'était pas le meilleur choix pour rouler sur les routes asphaltées du nord du Maroc. Mais ce n'était pas non plus un gros problème. Et nous avions d'autres préoccupations que le choix des pneus. Même si les moteurs étaient soigneusement préparés, lorsqu'il s'agit de motos de près de 40 ans d'âge, il n'y a jamais de garantie.

Faux départ

Cela s'est confirmé dès que nous sommes arrivés à Almeria, prêts à prendre le ferry pour Nador. Tout d'abord, la béquille latérale de la moto de 84 s'est cassée, et un peu plus tard, la batterie (neuve) de la moto de 87 est tombée en panne. La XT ne donnait aucun signe de vie. Une raison suffisante pour ne pas monter sur le bateau mais plutôt chercher une solution au problème sur le sol espagnol. La solution est venue sous la forme d'une nouvelle batterie - qui allait continuer à poser des problèmes pendant les 10 jours suivants. Néanmoins, tenter de résoudre le problème sur le sol européen était la meilleure option. Il n'y a pas beaucoup de pièces détachées disponibles en Afrique...

Rattrapage

Nous avons débarqué du ferry à Nador un jour plus tard que prévu. Pour respecter le programme initial, nous avons décidé d'emprunter une route plus rapide, avec un peu plus d'asphalte et un projet ambitieux : atteindre le pied de l'Atlas en seulement deux jours.

Tout comme les choses allaient parfois mal dans les années 2023, nos motos old school n'ont pas toujours fonctionné comme elles le devaient en 84. Un mystérieux bug de carburation faisait cracher la XT 600 Ténéré 34L de 90 lorsqu'il y avait trop de vent, ce qui réduisait considérablement la vitesse de pointe. Maintenir une vitesse de croisière de 1987 km/h était possible, aller plus vite était infaisable. La plus ancienne des XT était (et est toujours) équipée d'un kickstarter. Même si donner un coup de pied à un mono lourd est souvent une source d'irritation, dans ce domaine, tout a fonctionné à merveille. La XT démarrait presque toujours au premier coup de pied. Cependant, le démarreur électrique de la XT 600 Ténéré XNUMX a continué à causer des maux de tête. En raison d'un problème d'alternateur, la batterie ne se chargeait que rarement. Et comme Yamaha, dans son orgueil, avait supprimé le démarreur de ce modèle, il fallait de temps en temps faire appel à une batterie externe.

Ne prendre aucun risque

Malgré tous nos efforts, nous n'avons pas pu rattraper le temps perdu. Les fortes pluies qui se sont abattues sur la région au cours des semaines précédant notre arrivée avaient modifié le paysage. Les oueds (lits de rivières sèches ou peu profondes) étaient inondés. Les routes qui les traversaient n'étaient même plus visibles. Nous avons été obligés de faire demi-tour plusieurs fois et de prendre le chemin le plus long. Prendre le risque de traverser les rivières tourbillonnantes n'était pas envisageable. Car en Europe, un petit problème n'est jamais que cela, un petit problème. En Afrique, il n'y a pas de petits problèmes. Le moindre pépin peut rapidement se transformer en catastrophe.

 

Dunes d'or

Néanmoins, nous avons atteint les montagnes de l'Atlas le troisième jour et sommes arrivés à Merzouga un jour plus tard sans aucun problème. Au bord des dunes de l'Erg Chebbi, également connues sous le nom de « dunes d'or », la véritable aventure a commencé. C'est ici que les étapes légendaires du Dakar ont été parcourues, c'est ici que la légende du Dakar est née et c'est ici que les traces de l'héroïsme se retrouvent encore sur chaque dune.

Perdus

L'une des caractéristiques de toute aventure est qu'elle est seulement amusante en rétrospective. Sur le moment, les problèmes et les dangers - qui font partie de l'aventure - ne sont jamais drôles. Par exemple, il était tout sauf agréable de se perdre dans le désert entre Merzouga et Zagora après avoir été mal orientés par des guides locaux qui ne cherchaient qu'à gagner des sous. Mais après quelques recherches et, oui, quelques moments de panique, nous avons retrouvé le bon chemin. Avec une température de plus de 45 degrés et des plaines sans fin qui vous entourent, il est facile de paniquer lorsque le bon itinéraire semble soudainement avoir disparu. Mais finalement, même si elles avaient quelques défauts, les vieilles motos se sont révélées extrêmement fiables. Quelques heures plus tard, en dégustant un délicieux tajine en plein désert à l'Auberge Hassi Fougani, nous avions retrouvé le sourire. La joie est devenue encore plus grande lorsque le propriétaire de ce restaurant unique au milieu du désert nous a emmenés avec lui dans un village, où les habitants sont allés chercher de grandes bouteilles d'essence en plastique dans un garage et nous ont fourni suffisamment de carburant pour parcourir sans encombre les 100 derniers kilomètres jusqu'à Zagora.

Dadès

Le Garage Iriki est un arrêt fréquent pour les voyageurs du désert dans la ville de Zagora. C'est également là que nous avons fait souder le support latéral cassé, réparer le support GPS et réviser les motos. Nous avons eu droit à de nouveaux rayons, à une vérification de la pression des pneus Bridgestone et, oui, à de nouveaux filtres à air. Pendant que les motos recevaient un peu de soins, nous nous sommes reposés dans l'un des nombreux grands hôtels de Zagora. En moyenne, vous payez environ 30 euros pour une nuit dans un grand hôtel avec une piscine et des plats délicieux. Juste ce qu'il nous fallait...

Après une bonne nuit de repos et la remise en état des motos, il était temps de se diriger vers la vallée des Gorges du Dadès et de tenter une nouvelle traversée de l'Atlas. Nous avions déjà essayé de traverser le grand Atlas, mais nous avions rencontré des conditions météorologiques déplorables. Cette fois-ci, le temps était au beau fixe et pour la deuxième fois en moins d'une semaine, nous avons traversé sans problème l'impressionnante chaîne de montagnes africaine.

Libérés de tout problème mécanique et disposant de beaucoup de temps, nous étions tranquilles et pouvions nous arrêter de temps en temps le long de la route de montagne. Un café à 3,000 2 mètres d'altitude ? C'est fait. Un déjeuner pour deux personnes à moins de 5 euros ? C'est fait. Et plus important encore que les délices culinaires, nous avons conclu que l'AX41 offrait une adhérence étonnamment bonne sur l'asphalte et que la longévité du pneu était bonne. Nous avons parcouru plus de 3,000 XNUMX km et le pneu pourrait certainement parcourir la même distance une fois de plus. En outre, il a prouvé qu'il pouvait rivaliser avec les pneus tout-terrain sur la terre et que l'adhérence sur l'asphalte était comparable à celle d'un pneu d'aventure. C'est vraiment le choix idéal pour un voyage qui combine tous les types de surface possibles.

Juste une idée…

Dans le contexte de l'ambiance old school dans laquelle le voyage s'est déroulé, les deux Yamaha ont été bien choisies. Mais cela pose immédiatement la question des sensations que ce voyage aurait suscitées avec les mêmes pneus parfaits mais montés sur une moto moderne. Traverser le sud du Maroc avec une nouvelle Ténéré T7 World Rally ? C'est peut-être une idée pour 2024....

Deux hommes sur deux motos Yamaha XT600 Ténérés

- Publicité -

Le Plus Populaire