fbpx
Mercredi 22 mai 2024
AccueilInspiration voyageSur la Transfăgărășan, la plus belle route du monde

Sur la Transfăgărășan, la plus belle route du monde

Depuis que l'équipe de Top Gear a suggéré que la route Transfăgărășan pourrait être la meilleure route au monde, le col roumain est devenu immensément populaire auprès des motocyclistes du monde entier. Mais la Transfăgărășan est-elle à la hauteur de sa réputation ? Au guidon de la Honda XL 750 Transalp, équipée d'un jeu de pneus Bridgestone AT41, nous avons roulé jusqu'en Roumanie pour le découvrir.

La route Transfăgărășan, une autoroute sinueuse qui serpente à travers les impressionnantes montagnes des Carpates, était le défi ultime pour la diversité de la Transalp et les pneus Bridgestone AT41. En fonction de la direction de la piste de 100 km que vous choisissez comme point de départ, la fascinante ville de Sibiu est soit le point de départ, soit le point d'arrivée d'une grande aventure. Quoi que vous fassiez, si vous tombez sur un tas de voitures et de motos, vous savez que vous avez commencé trop tard. Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, les routes sans circulation aux motards qui se lèvent tôt. Partir à 6 heures du matin est une bonne idée si vous voulez profiter pleinement de la route légendaire.

Un peu d'histoire

La Transfăgărășan a été construite entre 1970 et 1974 sous le règne de Nicolae Ceaușescu en réponse à l'invasion de la Tchécoslovaquie par l'Union soviétique en 1968. Ceaușescu voulait s'assurer un accès militaire rapide à travers les montagnes en cas d'invasion soviétique. La route a été construite principalement par des forces militaires et son coût financier et humain a été élevé. Les travaux furent effectués dans un climat alpin, à une altitude de 2,000 40 mètres, en utilisant environ six millions de kilogrammes de dynamite et en employant du personnel militaire subalterne qui n'était pas formé aux techniques de dynamitage. De nombreux travailleurs ont trouvé la mort ; les archives officielles font état de XNUMX soldats, mais les estimations officieuses des travailleurs font état de plusieurs centaines de morts...

La route a été officiellement ouverte le 20 septembre 1974. Elle ferme chaque année. Entre octobre et avril, la neige et les conditions météorologiques extrêmes vous empêchent de traverser les montagnes de Făgărăș.

La route Transfăgărășan

Quel parcOurs...

La route Transfăgărășan est un chef-d'œuvre d'ingénierie qui serpente à travers des forêts denses et le long de cours d'eau cristallins. La dense canopée d'arbres crée une mosaïque d'ombres et de lumières en constante évolution. Lorsque nous sommes partis (très) tôt, la route – marquée C7 – était vide, et le sentiment d'isolement et de liberté était écrasant. Un rare rappel de la beauté brute qu'offre la nature lorsqu'elle est laissée à l'état brut. Et cela vaut non seulement pour les plantes et les arbres, mais aussi pour les animaux.

Les chiens endormis le long de la route sont innombrables, mais ce qui étonne vraiment, c'est le nombre d'ours que vous rencontrez – enfin, si l'on peut le dire ainsi. Ces grands animaux – et, pour autant que nous le sachions, amicaux – sont habitués à voir des touristes et se montrent presque partout dans la forêt. La nourriture est leur principale motivation. Mais comme on est moins bien protégé en moto qu'en voiture, il vaut mieux garder ses distances et rester toujours prudent. Néanmoins, c'est une chose impressionnante à faire : s'arrêter sur le bord de la route, ouvrir sa visière et regarder un gros ours brun droit dans les yeux...

Eau là là !

En partant du côté de Curtea De Arges, vous traversez environ 30 km de forêt avant de tomber sur le grand barrage de Vidraru. Ici, tout le monde essaie de capturer l'ampleur sur une photo de smartphone. Mais c'est pratiquement impossible, car le barrage est énorme : 165 mètres de haut et 305 mètres de long. À droite, il y a une énorme chute d'eau et à gauche, le lac Vidraru. Pendant la journée, il y a beaucoup de monde, mais puisque nous sommes partis si tôt, il n'y avait que quelques voitures ...et une moto : la Transalp !

Après le barrage, la route forestière est assez sinueuse, jusqu'à ce que vous arriviez soudainement à la limite des arbres. Le paysage change alors et la route aussi. Vous arrivez à la partie la plus sinueuse de la Transfăgărășan. La vue est à couper le souffle, et l'asphalte est... moyen. Cela ne ressemble pas à une surface de circuit fraîche ni à une nouvelle route. Cette partie de la Transfăgărășan est rugueuse et comporte quelques trous. C'est le genre de surface difficile que le Bridgestone AT41 adore et l'adhérence et le retour d'information que ces pneus fournissent nous donnent la confiance nécessaire pour attaquer chaque virage. Freinage tardif, angles agréables, bonne accélération. Le gars sur la KTM n'a jamais su ce qui lui passait sous le nez !

Barrage de Vidraru

Vision en tunnel

À l'approche du sommet du Nogiu, à un peu plus de 2000 mètres d'altitude, vous traversez le tunnel de Balea. C'est un long tunnel, le plus long de Roumanie même, mais de l'autre côté, il y a plus de beauté et un paysage encore plus impressionnant. Le lac Balea est un aimant à touristes, mais comme il est encore tôt, l'endroit est presque désert.

L'après-midi, sur le chemin du retour, nous constaterons par nous-mêmes l'animation qui règne au sommet de la montagne. Mais à 8 heures du matin, c'est encore assez calme. Suffisamment calme pour prendre 15 minutes pour admirer l'impressionnant lac qui pousse ses eaux sur le versant sud. Nous passerons devant les cascades que ce lac crée quelques minutes plus tard. Mais avant cela, nous constatons que les eaux saphir du lac scintillent dans l'air vivifiant de la montagne. Nous nous arrêtons et prenons le temps de nous imprégner de la sérénité de l'endroit. Un moment de zen, un moment d'appréciation de la puissance brute et de la beauté sauvage de la nature.

Moto-mouton

Mais assez de zen, la partie nord de la Transfăgărășan nous attendait. On peut dire que la descente de la montagne – ou l'ascension de la dernière partie, selon le point de départ – est la plus spectaculaire. Les virages impressionnants se succèdent et, du sommet, on découvre ce qui nous attend dans les prochains kilomètres. Eh oui, nous avons eu tout le temps d'admirer la chute d'eau, car nous avons été arrêtés par un troupeau de moutons juste devant elle. On vous a parlé des ours et des chiens ? Eh bien, il y a aussi des moutons.

Après cet arrêt inattendu, nous avons poursuivi la descente, avec un flot croissant de voitures et de motos qui se dirigeaient dans notre direction – c'est-à-dire vers le sommet de la montagne. Heureusement que nous sommes partis tôt, car nous n'avons pratiquement pas eu de circulation et nous avons pu admirer pleinement la beauté de la route des Carpates et de la nature. Mais surtout, nous avons pris plaisir à rouler. Cette route est à couper le souffle du début à la fin. Même si la vitesse est limitée à 40 km/h sur la plupart des tronçons. Bien sûr, nous l'avons respectée !

Le meilleur ?

Alors, est-ce une grande route pour motards ? Oui, parce qu'elle possède tous les ingrédients nécessaires : une série de grands virages, drapés sur une montagne. Des vues scintillantes lors de la montée et de la descente. Et un endroit agréable et isolé. Ce n'est peut-être pas la plus belle route du monde, mais c'est la plus belle que nous ayons jamais parcourue. Dommage qu'il faille partir assez tôt pour en profiter pleinement. Entre 10 et 17 heures, il y a énormément de monde. La leçon à en tirer ? Si vous trouvez une belle route, n'en parlez pas à tout le monde. Et bien sûr, n'en faites pas la promotion sur Gripping Stories de Bridgestone. Oups…

- Publicité -

Le Plus Populaire