fbpx
Thursday, Décembre 8, 2022
AccueilPneus motoRecord du monde T32 : 13 pays en (moins d') une journée

Record du monde T32 : 13 pays en (moins d') une journée

Thierry Sarasyn a battu le record du monde pour le "nombre de pays traversés en une journée". Le samedi 18 juin, il est monté de la République tchèque à la Belgique en visitant 11 autres pays en cours de route.

Le journaliste belge a parcouru la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Croatie, la Slovénie, l'Italie, l'Autriche, le Liechtenstein, la Suisse, la France, l'Allemagne, le Luxembourg et la Belgique. Il lui a fallu moins de 20 heures pour couvrir ces 13 pays. Cela soulève la question de savoir pourquoi il n'a pas visité 14 pays. Après tout, vous pouvez vous rendre aux Pays-Bas depuis n'importe quel point en Belgique en moins de 4 heures. "Parce que je suis arrivé en Belgique avant minuit, j'ai établi ce record le même jour", explique-t-il. « Il me restait encore quatre heures et quinze minutes pour rouler jusqu'aux Pays-Bas et en faire 14. Mais mon objectif était de battre le record reconnu de l'Italien Valerio Boni, pas d'établir un record qui ne pourra plus être battu. Pour ce faire, je pense qu'il faut en faire 15. Ce n'était plus faisable. D'un autre côté, avec les leçons que j'ai apprises en cours de route, je suis sûr qu'il est possible de faire 15 pays en une journée. J'étais aussi fatigué et je ne pensais pas qu'il était nécessaire de prendre ce risque pour arriver à 14 ans. Le record était à moi une fois arrivé à Luxembourg.

« Je conduis depuis trop longtemps en Autriche. Je pense qu'il m'a fallu environ huit heures pour passer à travers. Sacré grand pays cependant.

La préparation est cruciale

Pour traverser plus d'une dizaine de pays en 24 heures, il faut être bien préparé. Le tracé de l'itinéraire était l'une des parties essentielles. Pourtant, Sarasyn sourit en parlant de la préparation. "S'il était vrai qu'une bonne préparation est la moitié de la bataille, je me serais retrouvé quelque part entre six et sept pays", s'amuse-t-il. "Dans les mois qui ont précédé la tentative de record, j'étais incroyablement occupé par le travail. La préparation physique était hors de question, tout comme le réglage correct de la moto.

La MV Agusta est une excellente moto de tourisme sportif, mais dans ce test la partie touring est plus importante que les qualités sportives. Nul doute que certains vélos sont plus confortables que cette beauté italienne. Il s'agissait donc de rendre le siège un peu plus confortable et d'ajouter plus de protection contre le vent. « Juste un jour avant de partir, j'ai trouvé le temps d'aller chercher un réhausseur de pare-brise dans un magasin à proximité. Avec les opportunités que j'ai en tant que rédacteur média moto, j'aurais même pu faire un test comparatif entre vingt de ces choses. Mais le temps manquait. A la onzième heure, j'ai aussi commandé un siège en gel et même un pantalon en gel. Ce dernier, j'ai tout simplement oublié à la maison dans la frénésie avant mon départ. Juste pour dire : la préparation aurait pu être légèrement meilleure. (des rires)

Le parcours parfait ? 

"Et j'aurais pu faire avec un peu plus de repos. J'étais fatigué avant de partir. Et puis faire le parcours en sens inverse du point de départ demande pas mal d'efforts. Vous êtes sur la route trois jours de suite pendant environ 10 heures. Normalement, il aurait dû y avoir une journée de repos entre l'arrivée en République tchèque et le départ. J'ai finalement abandonné cette option car de gros orages locaux étaient prévus dans les Alpes. Alors, j'ai commencé la tentative de record sans me reposer dans des températures qui montaient jusqu'à 40°C.. Intelligent ? Eh bien, c'est ouvert au débat… ».

Le parcours, en revanche, était bien pensé. Les idées initiales de partir de la Grèce et d'utiliser la mosaïque de pays des Balkans ont finalement été abandonnées. Sarasyn a également décidé de ne pas suivre la route empruntée par l'Italien qui a établi le record l'an dernier, mais d'emprunter une autre route qui va à peu près d'est en ouest de l'Europe. C'est la direction prise par de plus en plus de motards qui veulent parcourir plusieurs pays en une journée. Et il y a un autre avantage : le soleil se lève plus tôt à l'est et se couche plus tard à l'ouest. Ce qui a fait une demi-heure supplémentaire de lumière du jour.

"Si vous voulez un record reconnu, vous devez faire plus que le conduire et dire que vous l'avez fait. Il faut pouvoir le prouver noir sur blanc et lever tout doute possible. »

Le plus de pays jamais fait ?

Il y a aussi la question de savoir si dans le passé il n'y a pas eu d'autres motards qui ont visité plus de treize pays. "Je suppose que oui", dit Thierry Sarasyn, « mais rien de ce que je trouve sur Internet ou dans les médias n'est documenté selon les normes d'aujourd'hui. J'ai trouvé 15 pays en "un peu plus de 24 heures". Ce n'est pas dans les 24 heures. Ou 14. Voire 16. Mais toutes ces choses sont difficiles à vérifier. Je n'ai aucune raison d'en douter, mais si vous voulez un record reconnu, vous devez faire plus que rouler comme un diable, collecter des tickets de carburant et proclamer que vous l'avez fait. Il vous faut juste prouver sans aucun doute que vous êtes passé par ces pays.

"Seize pays serait même possible - s'ils reconnaissent officiellement Disneyland en tant que pays."

Après tout, vous ne faites pas le plein dans tous les pays que vous visitez, donc ces tickets de carburant ne veulent rien dire. C'est pourquoi j'ai utilisé un système de suivi officiel de Legendstracking. Ce système est également utilisé pour enregistrer les performances des coureurs ultra et des triathlètes. L'itinéraire complet et le temps que ça a pris sont enregistrés en détail. Tout est contrôlé par un huissier et sur cette base la fédération nationale de moto a reconnu le record. C'est le mieux que je pouvais faire et c'était basé sur le record reconnu de Valerio Boni de l'année dernière. Et nous avons poussé l'officialisation encore un peu plus loin. Ainsi, l'histoire a fait la presse dans le monde entier. Je me suis concentré sur ce qui est généralement accepté comme le record et je l'ai battu.

La sécurité d'abord ?

La sécurité était importante dans cette tentative de record du monde. Sarasyn précise : « J'ai respecté le code de la route autant que possible. Et je me suis aussi reposé au moins toutes les deux heures. Ce n'était pas toujours pour faire le plein. Au fur et à mesure du voyage, j'ai même commencé à me reposer plus souvent. Juste pour rester en sécurité. Je n'ai parcouru que 87 km/h en moyenne. Si vous roulez comme un fou et que vous vous reposez moins souvent, cette moyenne peut être beaucoup plus élevée. 1750 km en un peu moins de 20 heures… c'est plus un exploit en persévérance et en endurance qu'en vitesse. Et c'était de cela qu'il s'agissait. Mettre en place une version 21e siècle de la course Canonball ne m'intéressait pas. Je ne ressemble en rien à Burt Reynolds, de toute façon… »

 

Mentalement et physiquement

Le grand mot est sorti. Persévérance. « Je pense que c'est l'un des éléments essentiels pour mener à bien ce type de défi. D'autre part, vous n'avez pas beaucoup de choix. Quelle est l'alternative ? Vous vous arrêtez sur une alpe suisse ? Et maintenant quoi? Mais oui, c'est assez dur. J'ai d'abord ressenti une douleur dans le cou, à mi-parcours, je sentais quelque chose un peu partout et les dernières heures il ne restait plus une seule partie de mon corps qui ne me faisait pas mal. Même changer ma position de conduite était devenu douloureux. Et malgré l'utilisation de bons bouchons d'oreille, mes oreilles bourdonnaient encore pendant des jours comme si je m'étais tenu trop près des haut-parleurs lors d'un concert de Guns n' Roses. »

« Ces dernières heures ont été difficiles. Mentalement aussi, car on se sent soudain très seul. Pas illogique, car vous êtes bien seul. J'ai chanté 'Turn the page' de Metallica dans mon casque une centaine de fois et quand ça a aussi commencé à m'atteindre, je suis passé à 'Another 45 miles' de Golden Earring. Mais je ne connaissais pas très bien les paroles de cette chanson-là. Lorsqu'on ne peut répéter que deux phrases, on devient complètement fou. Alors je suis retourné à Metallica.

Cher ?

« Ce n'était pas vraiment bon marché. Même si les amendes pour excès de vitesse étaient moins élevées que prévu. "Avant mon départ, certains sur les réseaux sociaux m'ont souhaité beaucoup de contrôles routiers. Je mettais un point d'honneur à ne pas me faire prendre. Et aussi parce que se faire arrêter coûte non seulement de l'argent, mais aussi beaucoup de temps. Pour le reste, j'ai utilisé environ 130 litres de carburant pour le voyage et à peu près la même quantité pour me rendre en République tchèque en trois jours. Ajoutez à cela les nuitées, les péages d'autoroute, la nourriture, la boisson, une selle en gel qui n'a pas servi à grand-chose, le pantalon en gel qui était encore à la maison, quelques accessoires pour rendre le MV plus adapté au voyage, deux supports GPS, les systèmes de localisation … ce n'était pas bon marché. Ce n'était pas non plus sans erreur.

« J'ai passé beaucoup trop de temps en Autriche. Je pense qu'il m'a fallu environ huit heures pour passer à travers. C'est quand même un grand pays, mais j'avais choisi des routes secondaires en Autriche, ce qui n'a pas très bien marché. Le trafic dense et les embouteillages ont rendu la tâche encore plus difficile et, cerise sur le gâteau, la navigation a également échoué à quelques reprises et j'ai raté une sortie une fois. En Slovénie, j'ai dû faire la queue pendant 20 minutes avant de pouvoir faire le plein. Et en Hongrie, deux pompes auxquelles je me suis arrêté ont tout simplement manqué de carburant. Quand j'en ai finalement trouvé une, en tant qu'étranger, j'ai dû payer plus de 50 % de plus pour mon carburant. Toutes ces choses coûtent du temps. Mais cela fait partie de l'aventure. »

Le refaire (encore) ?

"Les choses que j'ai apprises en cours de route et l'expérience que j'ai acquise m'ont convaincu qu'avec une meilleure préparation, je peux faire 15 pays. Et ce sera moins difficile que ces 13-ci. Commencer en Pologne et rouler jusqu'aux Pays-Bas suffira. Seize pays serait même possible - s'ils reconnaissent officiellement Disneyland en tant que pays… La question est de savoir si je veux vraiment recommencer. Je soupçonne que l'attention suscitée l'année dernière par Valerio Boni et maintenant par moi à nouveau, assurera que d'autres tentatives suivront bientôt. Et c'est une bonne chose. Si quelqu'un ressent ce besoin de vitesse à la Top Gun… Je vous souhaite beaucoup de succès, Maverick !

Et ces pneus ?

En termes de kilométrage avec le Bridgestone T32, entre temps, ça a l'air tout bon. Nous sommes allés à Gijon pour faire la Ruta De La Plata, avons parcouru plus de 1000 km sur la Ruta, puis avons conduit des Pays-Bas à la République tchèque et en sommes revenus avec 2000 km en plus. Au total il y a déjà plus de 6000 km sur les pneus et ils sont toujours en bon état. Nous devons encore décider si nous allons faire une autre journée au circuit d'Estoril avec eux et la course de dragsters à Glemseck. Nous laisserons notre expert de piste, nul autre que le fameux Jeremy McWilliams, en décider."

 

Les 13

  1. République tchèque – Lanzhot
  2. Slovaquie
  3. Hongrie
  4. Croatie
  5. Slovénie
  6. Italie
  7. Autriche
  8. Liechtenstein
  9. Suisse
  10. France
  11. Allemagne
  12. Luxembourg
  13. Belgique – Arlon

Temps écoulé

19 Heures 43 minutes

- Publicité -

Plus Populaire